OpenFed - General-purpose, multilingual Drupal distribution

Accueil

Leefmilieu-Gezondheid België

Coup d’envoi de la 5ème étude sur la présence de POP’s dans le lait maternel

18/03/2015 - 15:45
La Belgique participe à la 5ème étude sur la présence de POP’s (polluants organiques persistants) dans le lait maternel. Cette étude initiée par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) est menée en collaboration avec Kind & Gezin et l’ONE, par l’Institut Provincial d’Hygiène d’Anvers, l’Institut Provincial Hainaut Vigilance Sanitaire et l’Institut Flamand de la Recherche Technologique mandatés par les autorités belges. Au total, c’est 200 mères qui participeront à l’enquête en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles d’ici le 31 décembre 2014.

Les POP’s, qu’est-ce que c’est ?
 
Les POP’s (Polluants Organiques Persistants) sont des substances que l'on trouve dans la nature par l’intervention de l’homme, comme les PCB et les dioxines. Ces substances peuvent rester présentes longtemps dans l’environnement. Elles se fixent dans tous les aliments contenant des graisses. Elles se retrouvent dans tous les organismes vivants et dans les denrées alimentaires comme le poisson, la volaille, les produits laitiers, la viande et les œufs et, donc aussi, dans le lait maternel.
Cette enquête internationale va mesurer la quantité de POP’s présente dans le lait maternel. Cette mesure est le reflet de l’exposition générale de longue durée des mères à ces substances. Elle permettra de vérifier si les effets de la réglementation en matière de diminution des rejets chimiques dans l’environnement sont visibles chez l’homme et s’il y a lieu ou non de prendre des mesures supplémentaires.
 
Pourquoi mesurer les POP’s dans le lait maternel ?
 
Le lait maternel est un indicateur d’exposition environnementale. Il tend à concentrer des substances polluantes, comme les POP’s par exemple, auxquelles nous sommes tous exposés. Les POP’s s’accumulent dans les tissus adipeux du corps humain (les graisses). C’est pour cela que le lait maternel, riche en graisse, est considéré comme un indicateur de choix pour mesurer comment la pollution de notre environnement affecte ou non notre organisme.
 
Cela signifie-t-il que le lait maternel peut être préjudiciable pour le bébé ?
 
Même si des substances chimiques indésirables peuvent éventuellement être détectées dans le lait maternel, cela ne signifie pas nécessairement qu’il existe des conséquences négatives pour la santé des bébés allaités. Les experts le répètent, le lait maternel est la meilleure alimentation pour un enfant. La composition du lait évolue avec la croissance et les besoins de l’enfant. Il diminue aussi le risque d’infections et d’allergies de même que le risque de développer certaines affections comme le diabète ou l’obésité. L’allaitement crée un lien particulier entre la mère et l’enfant et il a aussi de nombreux effets positifs sur la santé de la mère.
 
En savoir plus sur les avantages et bénéfices de l’allaitement maternel pour l’enfant et pour la mère 
 
Qui peut participer à cette étude ?
 
Toute jeune maman qui :
 
·         allaite son enfant
·         est majeure et a maximum 30 ans
·         réside depuis au moins 10 ans en Belgique
·         a accouché de son premier enfant et que celui-ci n’est pas un jumeau
·         a eu une grossesse normale
·         n’est pas porteuse du virus HIV
·         a accouché après une grossesse portée à terme (>36 semaines)
·         a accouché d’un bébé en bonne santé
 
Comment l’enquête se déroule-t-elle ?
 
En ce moment, Kind & Gezinl’ONE et les maternités collaborent activement pour trouver 200 mères réparties en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles. Les mamans qui souhaitent participer à l’étude signent un formulaire de consentement, complètent unquestionnaire et fournissent un échantillon de 50 millilitres de lait maternel.  La collecte des échantillons et l’accompagnement des mères sont réalisés par le Provinciaal Instituut voor Hygiëne (PIH) d'Anvers et par l’Institut Provincial Hainaut Vigilance Sanitaire (HVS) de Mons. Le Vlaamse Instelling voor Technologisch onderzoek (VITO) prépareles échantillons à envoyer au laboratoire de référence de l’OMS en Allemagne où ils seront analysés. Le comité d’éthique central (HUDERF) a donné un avis positif avant la mise en œuvre du projet signant le coup d’envoi du début de la campagne.
 
Communication des résultats
 
Une déclaration a été introduite auprès de la commission de la vie privée et les données seront conservées conformément à la législation sur la protection de la vie privée. Les mères qui en feront la demande pourront recevoir leurs résultats. Ces derniers feront l'objet d'un traitement collectif et d’un rapport final. L’Organisation Mondiale de la Santé comparera ultérieurement  les résultats belges à ceux des autres pays participants. Tous lesrésultats sont attendus à l’automne 2015.
 
Qui contacter pour y participer?
 
Toute question peut être adressée aux responsables de la mise en œuvre de l’étude :
 
Hygiène Publique en Hainaut – Hainaut Vigilance sanitaire

 
Institut Provincial d’Hygiène d’Anvers (PIH Provinciaal Instituut voor Hygiëne)

  • Responsable du projet: Els Van de Mieroop
  • Coordinateur du projet: Melissa Paulussen
  • Infirmière: Danielle Stappers
  • Adresse: Kronenburgstraat 45- 2000 Antwerpen
  • Téléphone: 03 259 12 66
  • Email: melissa.paulussen@pih.provant.be

Davantage d’information sur ce projet et sur les résultats de l’enquête précédente se trouvent ici